Tout savoir sur les tests sur les animaux dans la cosmétique

Choisir des produits cosmétiques Bio, c’est aussi faire le choix de produits non testés sur les animaux. Et c’est même, pour certains consommateurs, ce qui détermine l’achat de ces produits. Les cosmétiques Bio sont naturellement engagés dans la démarche d’un plus grand respect de la personne humaine. En garantissant également que les produits labellisés ne sont pas testés sur les animaux, les cosmétiques Bio intègrent aussi le respect de l’animal. Un monde plus doux et plus respectueux de l’homme et de son environnement, en un mot, plus civilisé.

Tests sur les animaux, que dit la loi ?

En théorie, les tests sur les animaux sont interdits dans l’Union Européenne, mais il existait de nombreuses dérogations permettant de continuer à les utiliser. Ces dérogations freinaient le développement de la recherche de méthodes alternatives et 240 000 animaux étaient encore sacrifiés, chaque année, en Europe. Les législateurs étaient pris entre deux feux, d’un côté les puissants lobbies des fabricantes, et de l’autre la pression des consommateurs, majoritairement opposés aux tests sur les animaux.

Que dit la loi européenne de 2013 ?

Depuis mars 2013, les tests sur les animaux sont interdits dans l’Union Européenne, premier marché mondial de vente de cosmétiques. Quand un leader montre la voie, cela incite les autres à le suivre. C’est ce qui s’est passé, car l’année suivante, l’Inde, Israël et la Norvège adoptaient la même interdiction, tandis qu’ailleurs, en Argentine, Nouvelle-Zélande, Turquie, État de São Paulo, Russie, Corée du Sud, Canada et Taïwan, on progressait peu à peu, dans le même sens. L’interdiction a eu aussi le grand mérite de mettre les laboratoires au pied du mur et de les inciter à chercher d’autres moyens pour tester leurs produits.

Que pensent les consommateurs de ces évolutions ?

Une étude réalisée par Nielsen, sur un échantillon de 1000 personnes, montre que les consommateurs sont sensibles à la question des tests sur les animaux. Pour 57 % d’entre eux, la mention « non testé sur les animaux » est le critère qui arrive en tête au moment de choisir un produit de beauté. 43 % se déclarent prêts à dépenser plus, pour s’assurer que leurs cosmétiques n’ont pas été testés sur les animaux. Ces démarches constituent un signal fort envers les fabricants et signifient aussi que les choix des consommateurs comptent. Choisir un produit testé « in vitro » (n’utilisant pas d’animaux) est aussi une forme de militantisme.

Comment certaines marques parviennent à contourner cette interdiction ?

On pourrait croire que ces évolutions peuvent garantir des produits non-testés sur les animaux à 100 %, mais ceci n’est pas tout à fait vrai. Selon l’association internationale de défense des animaux Peta, qui surveille particulièrement ce secteur, il y aurait encore 250 marques (dont certains poids lourds de l’industrie cosmétique conventionnelle) qui pratiquent encore les tests sur les animaux. Ce qui représente 27 000 animaux utilisés à ces fins chaque année, et ceci, en tout légalité.

Voici pourquoi :

  • L’interdiction de test sur les animaux repose sur le produit fini et les composants utilisés exclusivement à des fins cosmétiques. Or, les cosmétiques comportent des ingrédients (conservateurs, parfums, filtres solaires, etc.), utilisés dans d’autres secteurs (pharmacie, chimie, agroalimentaire, etc.), pour lesquels les tests sur les animaux sont autorisés. Il est tout à fait possible de retrouver ces composants testés sur animaux, dans les produits de beauté conventionnels.
  • Les produits et ingrédients testés sur les animaux avant 2013 n’ont pas été retirés du marché et continuent d’être commercialisés, sans qu’il soit possible de les identifier.
  • La réglementation européenne REACH prévoit de tester les composants chimiques utilisés à plus d’une tonne par an, dans le but de protéger la santé et l’environnement et de sécuriser la manipulation de ces substances. Les tests in-vitro (n’utilisant pas d’animaux) ne sont pas jugés assez fiables pour être employés à cet effet. Ces substances peuvent entrer dans la composition des cosmétiques conventionnels.

 

Comment parvenir à une interdiction totale ?

Même si de grands progrès ont été réalisés, la fin totale des tests sur les animaux n’est pas encore réalisée. Malgré tout, les choses évoluent dans le bon sens. PETA recense à ce jour, 1 900 marques de cosmétiques ayant totalement aboli les tests sur les animaux. L’opinion des consommateurs a un effet très important sur l’attitude des fabricants de cosmétiques. C’est ainsi que, soucieux des préoccupations de sa clientèle, le secteur a financé des programmes de recherche de procédés de substitution aux tests sur les animaux.

cosmetique teste sur les animaux

Les exportations de produits cosmétiques en Chine, un problème de taille

En Chine les ventes de cosmétiques représentent un marché de 23 milliards d’euros par an et offre encore de belles perspectives de croissance, dans les années à venir. Il est donc des plus attractifs pour les leaders internationaux de cette branche, ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes éthiques.

En effet, non seulement le pays autorise les tests sur les animaux, mais ils sont obligatoires pour certains types de produits. Cela pose bien sûr un problème pour les entreprises souhaitant exporter leurs produits cosmétiques. Car il ne sert à rien de proposer un produit vierge de toute expérience sur l’animal, si pour franchir les frontières chinoises, celui-ci doit être soumis à une batterie de tests réduisant à néant tous les efforts engagés précédemment.

Les grandes marques internationales de cosmétiques doivent se plier à la législation chinoise, si elles veulent vendre leurs produits là-bas. Cela suscite beaucoup de critiques, auxquelles la Chine ne peut rester sourde, si elle souhaite intégrer le clan des grandes nations modernes. En 2014, elle a accepté d’assouplir sa réglementation et s’est engagée dans des programmes de recherches de méthodes de substitution aux tests sur les animaux.

Cependant les choses évolues. Depuis le 30 Juin 2014, les cosmétiques ordinaires fabriquées en Chine ou vendues par Internet, n’ont plus besoin d’être testées sur les animaux.

Les différents labels

Les labels cosmétiques Bio apportent la garantie que les produits certifiés ne sont pas testés sur les animaux. Mais, il existe d’autres labels apportant d’autres garanties. Leaping Bunny et One Voice sont spécialisés sur le problème de l’expérimentation animale.Le label Vegan est un label Bio, s’adressant plus spécifiquement aux végétaliens, et qui a mis la question de la cruauté envers les animaux au centre de ses préoccupations.

cruelty freelapinetoilé1Logo-Label_OneVoice_OV-564x3391Vegan

Il est souvent bien difficile pour le consommateur de s’y retrouver parmi tous ces labels. Les labels Bio apportent une réponse claire et précise aux grandes questions qu’il se pose, que ce soit du point de vue de sa sécurité personnel ou des questions d’éthique.

Nous utilisons des cookies pour vous proposer la meilleure expérience possible.
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}